5 juin 2020

Synopsis et casting

Par adama
Georges Bernier est mort le 10 janvier 2005 à 75 ans. Les quelques articles nécrologiques parus dans la presse française ont insisté sur le caractère scatologique de son humour et l’aspect provocateur du bonhomme. Personne ne rappelait l’essentiel, à savoir qu’avec lui, c’est non seulement l’un des grands patrons de la presse française qui disparaissait mais également un artiste à part entière, unique en son genre : le professeur Choron.

À travers le personnage sulfureux du professeur Choron, Pierre Carles et Éric Martin nous proposent un retour dans le temps, autour de mai 68. Ils nous emmènent dans l’ambiance enfumée de la rédaction d’Hara Kiri et des débuts de Charlie Hebdo. Les joutes verbales, les provocations et les transgressions vont bon train. L’époque est à la rébellion et à l’insoumission.
Le film fouille le passé pour éclairer le présent, il s’attache à un personnage controversé qui apparaît surtout comme un homme définitivement libre pour mieux montrer « l’affadissement » politique d’aujourd’hui.
« Le professeur Choron était un gentleman déguisé en salaud. Il a passé sa vie à rire avec talent d’une société de salauds déguisés en gentlemen : notre société. »
(Yann Kerninon, écrivain, philosophe et ancien collaborateur du magazine satirique Zoo)

Source: http://www.film-documentaire.fr/4DACTION/w_fiche_film/19647_1